Les études scientifiques sur la photothérapie LED

LES ÉTUDES SCIENTIFIQUES SUR LA PHOTOTHÉRAPIE (PHOTOMODULATION) LED

Luminothérapie : les preuves médicales de son action sur la peau

Comme tout traitement, même si la luminothérapie est particulièrement douce, la photothérapie a fait l’objet d’études scientifiques afin de déterminer son efficacité sur un échantillon représentatif de la population. Traitement leds des cicatrices, des rides, de l’acné ou encore de la chute de cheveux… tout a été passé au microscope par le corps médical.

Traitements leds : des études scientifiques et des chiffres concrets

Pour mesurer l’efficacité d’un traitement, il n’y a pas 36 solutions : il faut réaliser des études scientifiques menées par des références dans le domaine sur un panel représentatif de la population. C’est ce qui a été fait avec le traitement leds sur diverses actions comme le rajeunissement, les problèmes dermatologiques ou encore l’alopécie afin de définir son taux de réussite. Les chiffres sont à consulter maintenant !

Les chiffres sur le traitement led acné

Menée par le Dr Chu, l’étude sur le traitement led acné a été réalisée dans les années 2000. Si ce n’est pas elle qui a fait connaître la photomodulation, elle n’en reste pas moins une étude majeure dans la démonstration de l’efficacité de cette technique de soin par la lumière pulsée.

Beaucoup moins invasive que le traitement au laser, le traitement leds n’utilise que le led bleu et le led rouge pour venir à bout de l’acné faible à modéré. Elle agit en profondeur pour éliminer les bactéries et assainir la peau tout en réparant les cicatrices laissées par les boutons. Les résultats de cette étude sont tout simplement bluffants.

LE TRAITEMENT DE L’ACNÉ

Etude réalisée par le Dr Chu

C’est dans les années 2000 que le Dr Chu, un professeur britannique, étudie les effets de la lumière et plus particulièrement les lumières bleues et rouges comme traitement de l’acné.

La photomodulation par LED est donc une alternative au laser, non douloureuse.

Pour le traitement de l’acné faible à modérément sévère, la photothérapie par LED associe la lumière bleue (dont les bénéfices dans le traitement de l’acné ont été mis en évidence en 2004 dans les publications du professeur Tzung) et la lumière rouge. La lumière bleue agit comme un antibactérien en s’attaquant à la bactérie P.Acnes, impliquée dans l’acné. Cette lumière bleue « n’est pas dangereuse… », poursuit le Docteur Fouque « …Avec sa longueur d’onde de 405 à 420 nanomètres, elle va, sans causer de dégâts cutanés, agir sur la bactérie P.Acnes qui colonise la glande sébacée ».

On l’associe à la lumière rouge qui pénètre un peu plus profondément dans le derme pour assurer une meilleure cicatrisation et avoir une action anti-inflammatoire.

L’expérience consistait à répartir 107 patients, atteints d’acné légère ou modérée, en plusieurs groupes correspondant chacun à un traitement différent : Le premier groupe était exposé à de la lumière bleue, le deuxième à une combinaison de lumière bleue et rouge, le troisième à une lumière blanche sans rayonnement de chaleur, alors que le quatrième groupe se voyait appliquer une crème spécifique. La répartition des trois sources de lumière est faite de façon aléatoire, et la durée d’exposition à ces sources lumineuses est de 12 semaines, à raison de 15 min par jour.

A la fin du traitement, une amélioration sur 76 % des cas traités a été constatée, c’est-à-dire une réduction de trois quarts des comédons présents, notamment avec la combinaison des deux lumières (bleu et rouge).

Depuis, plusieurs études ont validé ses premières recherches.

Les études sur le traitement led anti age

C’est par cette étude que la photomodulation s’est fait connaître. En 2004, messieurs Mac Daniel et Weiss réalisent une étude scientifique sur un échantillon de population de 93 personnes et obtiennent des résultats saisissants. Ils viennent de démontrer l’action de la luminothérapie sur les rides, les tâches pigmentaires et l’élasticité de la peau. 92 % de l’échantillon testé à raison de deux fois par semaine obtient des résultats plus que satisfaisants.

Une fois cette étude révélée au grand public, le traitement leds prend un virage à 180 degrés et s’impose comme une thérapie esthétique et médicale de premier rang. Ce qui est apprécié chez elle ? Son efficacité et son côté indolore et sans effets secondaires.

LE TRAITEMENT DES RIDES ET RIDULES

Etude réalisée par Mac Daniel et Weiss

L’étude principale est celle de Mac Daniel et Weiss en 2004 :

  • 93 patients sont traités par LED 590 nm.
  • Avec 8 traitements (2 par semaine) pendant 6 mois, ceci avec une évaluation clinique et photographique, une évaluation de satisfaction patients et opérateur et des photos 3D.
  • Les résultats sont les suivants : chez les patients répondeurs, on obtient 87% d’amélioration de la texture, 65% pour l’érythème, 62% pour les désordres pigmentaires, 56% pour les ridules péri-oculaires.
  • Le degré d’amélioration est nul chez 8%, modéré chez 14% , bon chez 41% excellent chez 38%.*

Sur 10 patients randomisés, on note une amélioration de 50 à 90% des ridules fines en photo 3D.

Etude réalisée par D. Barolet et Russel au laboratoire d’optique cutané à l’Université McGill de Montréal

D’autres études cliniques ont été réalisées dans le cadre du vieillissement.

  • Barolet, dans une étude en double aveugle avec LED 660 nm sur 53 sujets a retrouvé une amélioration moyenne des ridules de 24,6 µm, et dans un cas 225,5 µm, ce qui prouve qu’il existe une grande variabilité des résultats, phénomène déjà observé du reste avec les autres techniques de remodelage.
  • Russel, dans étude sur 31 sujets avec une LED émettant à 633 et 830 nm : chez 52%, on note une amélioration de 25 à 50%, 81% des sujets présentant une amélioration des ridules péri-orbitaires.

Les données sur le traitement led calvitie

Menées conjointement par plusieurs docteurs et scientifiques, à savoir messieurs Waiz, Az Saleh, R. Hayani et So Jubory, les études sur l’efficacité du traitement led calvitie ne font pas exception à la règle. Là encore, le taux de réussite, et cela dès la première séance, est tout à fait impressionnants d’autant que le traitement visait les zones réfractaires à la repousse des cheveux.

C’est donc une avancée majeure dans le traitement de l’alopécie, cette maladie favorisant la perte des cheveux prématurément. Les détails de l’enquête sont consultables pour plus de précisions sur le sujet tout comme les avis médicaux de différents experts.

RÉSULTAT SUR LES CHEVEUX

Etude réalisée par M. Waiz, Az Saleh, R. Hayani, So Jubory

Contexte : L’alopécie désigne l’accélération de la chute des cheveux sur une ou plusieurs zones, le plus souvent sur le cuir chevelu, affectant à la fois les hommes et les femmes. C’est une maladie auto-immune qui est traitée avec techniques différentes, avec des résultats plus ou moins satisfaisants. Le traitement au laser de différentes longueurs d’onde a été utilisé dans le traitement de l’alopécie. Objectif : Etudier l’effet de la diode laser infrarouge pulsé (904 nm) dans le traitement de l’alopécie.

Méthode : Seize patients avec 34 zones résistantes qui n’avaient répondu à différentes techniques de traitement de l’alopécie. Chez les patients avec plusieurs zones, une zone a été laissée neutre pour la comparaison. Les patients ont été traités sur une base de 4 séances, 1 fois par semaine, avec une diode laser pulsé (904 nm) à un taux de pulses de 40/sec. Une photographie de chaque patient a été prise avant et après le traitement.

Résultats : Les patients traités étaient 11 hommes (68,75 %) et 5 femmes (31,35%). Leur âge variait entre 40 et 50 ans. La repousse des cheveux a été observée sur 32 zones (94%), alors que seulement 2 zones (6%) n’ont montré aucune réponse. Aucune repousse de cheveux n’a été observée sur les zones de contrôle. Chez les patients qui ont montré des résultats, les résultats ont été constatés dès la première semaine après la première séance pour 24 zones (75%, tandis que 8 patients (25%) ont commencé à montrer des résultats dès la deuxième séance.

Conclusion : La diode laser infrarouge pulsé est une technique efficace de traitement de l’alopécie avec un taux de réussite élevé sur les zones résistants de l’alopécie.

Les résultats sur le traitement par led des vergetures

L’effacement des cicatrices par traitement par led des vergetures a également été passé à la loupe afin de savoir exactement sa portée et son efficacité. C’est l’hôpital la Salpêtrière à Paris qui a mené les études scientifiques et, là encore, on ne peut que se féliciter des résultats obtenus.

Le taux de réussite de gommage des vergetures récentes est impressionnant et celui d’élimination des vergetures anciennes dépasse largement les 50 %. Il n’y a donc plus de raisons de ne pas choisir la luminothérapie pour traiter en douceur le gommage des cicatrices dermiques comme les vergetures.

LE TRAITEMENT DES VERGETURES

Etude réalisée par l’hôpital de La Pitié Salpêtrière

Une étude scientifique, clinique et biologique a été réalisée à l’hôpital de La Pitié Salpêtrière à Paris. Elle a prouvé l’effet réparateur sur les vergetures de la lumière issue de LED. (journal de médecine esthétique et de chirurgie dermatologique n°131 sept. 2006).

Dorénavant, grâce à cette technique dermo-épidermique, la plupart des personnes, ados, femmes ou hommes, peuvent escompter avoir au moins 60% de résultats réels sur des vergetures anciennes nacrées et beaucoup plus sur des vergetures récentes. Jamais aucun traitement n’avait donné de tels résultats. Cela représente un progrès considérable dans le traitement de nombreux problèmes cutanés.

Etude réalisée par JP. Tedgui, P. Blanchemaison et C. Le Goff

Le traitement par photomodulation led présentant des vergetures légères à sévères, à différentes phases: récentes, anciennes et très anciennes. Cette étude, basée sur la technologie innovante de la photothérapie par LED avec une longueur d’onde rouge de 645 nm à 850 nm, en mode pulsé et infrarouges continus sur toutes les zones traitées a montré une amélioration globale importante sur la dimension et la quantité des vergetures.

De manière significative, on constate l’amélioration de l’apparence des vergetures, et un gain conséquent de tonicité de la peau des zones traitées, quel que soit le type de vergetures et de peau, mais avec des résultats plus rapides sur les vergetures plus récentes.

La photothérapie par LED est une technologie sûre, rapide et efficace, à la pointe du développement scientifique et thérapeutique. En plus d’être totalement indolore, l’un des grands avantages de cette technologie réside dans sa sécurité.

L’AVIS DU MÉDECIN

R. Calderhead, Docteur des Sciences Médicales

« Récemment, la thérapie par diodes électroluminescentes (LED pour Light Emitting Diode) est analysée sous toutes ses coutures pour le traitement de la peau non lésée, afin d’étudier les cascades photo-biochimiques qui pourraient impliquées. Résultats de recherche de pointe, ces nouveaux appareils LED augmentent le répertoire d’applications médicales et cosmétiques. La présente revue discute de l’augmentation de la production de collagène obtenue par la photomodulation en traitant les paramètres nécessaires à l’obtention d’une réponse clinique maximale.

Les applications des LED actuellement étudiées au sein du Laboratoire de Photothérapie de Tokyo et se concentrent notamment sur la photoréjuvénation à mini-invasion de la peau et ses bases photobiologiques. »

D. Barolet, A. Boucher – McGill University –  Laboratoire d’optique cutané – Montréal (Canada)

[…]De la même façon que la plante utilise la chlorophylle pour convertir le soleil en support tissulaire, les LED déclenchent des réactions photobiochimiques intracellulaires et physiologiques qui activent la production de collagène dans la peau.

Nous entrons donc dans cette ère excitante, où la lumière des LED permet l’obtention d’excellents traitements de photo rajeunissement cutané. Plus sécuritaire que le soleil, cette nouvelle thérapie à la lumière aide à remodeler la peau photo vieillie sans douleur, éviction sociale ou effet secondaire.

Indications de la Photomodulation Led vues par un dermatologue : Dr François Michel

Son utilisation en médecine et esthétique a commencé en 2004 mais en fait, il ne s’agit pas vraiment d’un outil récent car elle est dérivée des lasers infra rouge non thermiques (ou soft lasers) largement utilisés depuis les années 80 pour leurs propriétés anti inflammatoires et cicatrisantes, ces lasers étant eux-mêmes issus des lampes dites infra rouge utilisées dans le même but depuis plus de 50 ans.

Ces lampes infra rouges émettent en réalité une association de couleurs allant du bleu aux infra rouges proches, dans les mêmes longueurs d’onde que celles utilisées avec les LED. Bref, cette technique bénéficie d’un tel recul que l’on peut exclure la découverte d’un effet secondaire tardif.

La LED est devenue célèbre d’un coup suite à une étude montrant un effet remodelant donc anti rides que ses prédécesseurs ne possédaient pas, ceci car la lumière est émis en mode « pulsé » même si l’on a souvent l’impression d’une lumière continue en raison de la rapidité de la fréquence des « flash ». Mais, attention de ne pas faire de confusion avec les lampes flash ou lumières pulsées qui agissent en chauffant la peau alors que la LED ne chauffe pas.

Cette absence de chaleur est d’ailleurs plutôt déconcertante et pourtant l’efficacité est réelle, dans trois domaines : l’effet anti inflammatoire et cicatrisant, l’effet remodelant et la capacité d’augmenter la pénétration des substances appliquées sur la peau. Le mode d’action est une régulation de la cellule agissant sur les mitochondries qui sont nos petites centrales énergétiques intra cellulaires.

Du coup, le champ d’application est extrêmement vaste allant de toutes les inflammations de la peau (ou articulaires, mais c’est un autre domaine) aux cicatrices ou aux fines ridules. On peut ajouter un effet bénéfique dans certains problèmes pigmentaires tels que les chloasmas ou masques de grossesse et des études sont également en cours pour la cellulite et la repousse des cheveux, en raison de l’amélioration de la vascularisation.

Et les possibilités sont d’autant plus étendues que la LED peut être essayée sur tout en raison de l’absence de risques. En effet, en dehors de la possibilité de déclenchement d’une crise d’épilepsie quand la fréquence des pulses est suffisamment basse pour créer des impulsions lumineuses pénibles, ce qui est en fait rarement nécessaire, on ne retrouve aucun risque médical identifié. A la limite, certaines lampes ont tellement poussé l’escalade de la puissance qu’elles finissent par chauffer un peu mais nous sommes à mille lieux du risque de brûlure présent à chaque tir de laser « chaud » ou de lampe flash.[…]

Les certitudes sont l’efficacité prépondérante de la lumière rouge dans l’effet anti-inflammatoire et cicatrisant, l’effet remodelant et l’augmentation de la pénétration des substances appliquées sur la peau. La longueur d’onde jaune permet d’être plus superficiel et l’infra rouge proche d’être plus profond, tandis que la vocation de la lumière bleue est le traitement de l’acné. L’autre fait établi est que la LED ne donne son potentiel qu’en mode « pulsé ». Et enfin, la certitude ultime est l’innocuité. Au final, seule ou associée, la LED est un outil sûr et efficace.

Docteur François Michel – Collectif VIGIPIL

TOP